Comment fonctionne le VDI ?

thumbnail

Vous êtes en pleine reconversion professionnelle et vous souhaitez exercer un travail de façon autonome et indépendante. Vous pouvez envisager une activité de vente à domicile. Les plus dynamiques peuvent en vivre tandis qu’il s’agira d’un complément de revenus intéressant pour d’autres. Zoom sur l’activité de VDI (vendeur à domicile indépendant) !

Le marché de la vente à domicile en plein essor

Troisième canal de distribution, ce secteur représente 4,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires, employant plus de 698 000 vendeurs (dont 80 % de femmes). En effet, il a investi aujourd’hui de nombreux domaines : les produits bio, les cosmétiques, la lingerie, les vêtements, les bijoux, les vins, les cafés, les loisirs créatifs, etc. Vous trouverez la liste des sociétés adhérentes à la FVD (Fédération de la Vente Directe) en vous rendant sur https://www.fvd.fr/.

Comment s’exerce cette activité ?

Un VDI commercialise les produits d’une société adhérente à la FVD. Chez soi ou chez un client, le vendeur à domicile anime des réunions pour présenter des produits et services à un petit groupe de personnes.

Au départ, vous sollicitez votre famille, vos amis, puis votre réseau s’étendra grâce à votre clientèle, le bouche-à-oreille, le porte-à-porte et les réseaux sociaux.

Combien gagne un VDI ?

Vous êtes libre d’organiser vos horaires, votre planning et le nombre de jours travaillés. La vente à domicile est une activité d’une grande souplesse : elle offre davantage pour les femmes qui veulent équilibrer leur vie de famille et les affaires.

La rémunération dépend de vos ventes. Elle est proportionnelle aux ventes puisque l’on perçoit une commission. Selon votre investissement et le secteur, vous pouvez gagner des revenus confortables.

À temps plein, le vendeur gagne de 2 000 à 3 000 € par mois ; si vous vous limitez à 3 réunions mensuelles, votre rémunération sera de l’ordre de 300 à 500 € par mois.

VDI essor

Quel statut pour le VDI ?

Vous pouvez cumuler le statut de VDI avec une activité salariée (CDD ou CDI) ou être un indépendant. Sans emploi, vous pouvez bénéficier de vos allocations et devenir VDI sans perdre vos droits.

Deux types de contrats existent : le contrat VDI mandataire qui offre une commission de 10 à 25 % et le contrat VDI acheteur/revendeur qui accorde une commission de 25 à 50 %.

Sans diplôme obligatoire, vous serez formé par l’entreprise et apprendrez à développer votre argumentaire. Vous deviendrez vendeur tout en parrainant d’autres vendeurs, encaissant une commission sur chacune de leurs ventes. Avec un fort sens du relationnel, le métier de VDI cartonne !

Haut de page